fbpx

THE KING IN THE SEUIL

Hier à Carhaix avaient lieu les championnats de Bretagne de cross court. Présents sur place, nos envoyés spéciaux tenaient à livrer un dernier témoignage…

 

La Bretagne est encore stupéfaite à l’heure de célébrer son nouveau Roi. Yakoub l’éternel, Yakoub le survivant, le dernier des Rois de Bretagne, a du comme nous tous se rendre à l’évidence hier après-midi sur la terre mythique de Carhaix, symbole breton de la fête et du cross : la couronne reposait ce matin sur la tête d’un autre.

 

Et ce dernier ne l’a pas volée. Celui qu’on appelait il y a encore un an « La Fanouille » s’est impose comme un grand de l’athlétisme et du cross breton, et cela vaut bien qu’on lui change de surnom : Benoit Fanouillère, Duc de Bretagne.

Duché de la Babineraie

Le Duc, tel Booba avec qui il partage ce sobriquet, les a posées sur la table « comme sel et poivre » pour reprendre le langage fleuri de notre nouveau commentateur vedette, Charles Perrault, déchaîné au micro. Il y avait en effet de quoi s’égosiller hier, avec une course très relevée et disputée comme rarement, au suspense insoutenable, qui ne s’est levé que dans les tous derniers mètres d’un final qui restera dans les mémoires.

 

Sur un terrain rendu presque impraticable pour qui n’est pas un tracteur ou un adepte des labours, sous une pluie parfois diluvienne (avant la course), et un froid glacial, les quelques 400 participants avaient en effet de quoi susciter soit l’admiration soit la consternation. N’avaient-ils réellement rien de mieux à faire que d’aller se plonger dans une mélasse de boue jusqu’aux mollets, les aspergeant de toutes parts ? N’auraient-ils pas été mieux chez eux avec un plaid et une tisane devant Michel Drucker ? Et bien non. Pour ces héros des temps modernes, le plaisir résidait hier dans le fait d’engloutir les 4500m du parcours de Keramphuil, entre côtes abruptes et dévers glissants, faits de vives relances et de parties boueuses ressemblant jusqu’à s’y méprendre à des sables mouvants.

Pensez à regarder à droite et à gauche avant de traverser

On ne vous apprendra rien de nouveau, pour ceux qui ne savent rien de la course nous vous invitions à regarder le somptueux live concocté par Charles Perrault, sans oublier Vincent Kerbiriou chez les féminines, nous souhaitons juste célébrer un peu plus cette fête qui nous a été offerte hier. Certains pestaient à l’arrivée, juraient qu’on ne les y reprendraient plus, et peut-être sont-ils encore en colère aujourd’hui, mollets, cuisses et moral endoloris… Mais comment ne pas vouloir y retourner en regardant la rediffusion de cette course, en écoutant l’assourdissante jubilation de Perrault quand Delhoum porta enfin son attaque lors de la dernière bosse avant que Fanouillère ne parvienne finalement à reprendre le dessus, usant de ressources insoupçonnées (quel talent chez ce garçon !) ? Comment ne pas aimer ce sport en admirant Benoit Campion, revenu spécialement des Etats-Unis, faire l’étalage de son talent en dynamitant le peloton, suivi par un Sicot mort de faim malgré les 120km qu’il avait du avaler dans la semaine, et un Gouyette toujours en jambes une semaine après des championnats d’Europe avec l’Equipe de France… Non messieurs, que vous le vouliez ou non vous reviendrez, parce que ces garçons sont admirables, qu’ils nous font rêver et que c’est une chance de courir derrière eux.

Les hauteurs de Carhaix causent parfois une situation hypooxygénique

Hier à Carhaix, la Bretagne s’est donc trouvé un nouveau grand champion, qui succède au puissant Romain Demy. Elle s’est aussi rappelée qu’elle avait un Roi et cela est immuable. THE KING IN THE SEUIL.

 

Quelques faits de jeu à rappeler malgré tout, car il est important de coucher certaines choses noir sur blanc :

 

  • Nous n’avons jamais vu autant de personnes avec la casquette « Sortez les #Babines », merci à tous, la phrase était de circonstance hier
  • Beaugendre du Stade Rennais gagne la course du premier virage
  • Sicot gagne le maillot du plus combatif pour avoir attaqué approximativement 56 fois
  • Fanouillère maillot jaune indéniablement
  • Charles Perrault élu commentateur sportif 2018
  • Duo de « franciliennes » chez les féminines, Marie Bouchard et Justine Daniellou, bravo à Laetitia Bleunven, championne de Bretagne qui a su courir intelligemment sur un parcours boueux qu’elle n’affectionne pas forcément et qui s’est assuré le titre
  • François Le Palud aurait selon certains témoins poursuivi son effort pendant 5,5km afin d’avoir une sortie de 10km sur son Strava
  • Vincent Kerbiriou, merci de rendre aux parents du petit Timothée le siège bébé que tu as utilisé pour monter sur le quad
  • Merci aux coureurs de ne pas porter plainte contre le TRC pour avoir reçu le gaz d’échappement du quad dans les narines, vous n’avez pas idée de combien ça nous a coûté en essence
  • Hugo Hay on t’attend
  • Antoine Provost, désolé que ton short Nike Elite soit plein de boue
Méfiez-vous il lui manque 5km pour qu’il soit rassasié…

On se revoit très vite les affreux, possible qu’on aille mettre un peu notre nez en salle, parce que bon : ça commence à suffire

© 2017 Designed by Antoine PROVOST. Tous droits réservés.