fbpx

Les choses qu’on veut voir et qu’on ne veut plus voir en athlétisme en 2020

2020. Plus qu’une nouvelle année, une nouvelle décennie.

Et preuve que nous sommes bien plus que jamais dans le futur : 2020, c’est 5 ans après 2015, année considérée comme ultra futuriste par le cultissime Retour vers le Futur 2 (NDLR : chef d’oeuvre de Robert Zemeckis sorti en salles en 1989). Si nous n’avons pas (encore?) de voitures volantes et si les hoverboards ne ressemblent malheureusement en rien au bijou de skate aérien vu dans le film, Nike a bel et bien sorti une paire de chaussures auto-laçantes similaire à celle portée par Marty McFly et surtout, une nouvelle gamme de runnings « volantes », incarnées par l’ère de la semelle ZoomX, des Next% et bientôt des Alphafly. Le futur : c’est maintenant.

La décennie 2010, qui vient de s’écouler, a été incroyable d’un point de vue athlétique et laisse présager des choses encore plus folles pour celle qui s’annonce. Imaginez un peu : en dix ans, nous avons eu un nouveau record du monde du 400m, du 800m, du 10km, du décathlon, du saut à la perche, du marathon… Pour ne citer que ça. On a peut-être pas prouvé l’existence des extra-terrestres, mais on a quand même pu voir des types qui ne venaient pas de la même planète que nous : Usain Bolt, Renaud Lavillenie, Wayde Van Niekerk, Ashton Eaton, Kevin Mayer, David Rudisha, Eliud Kipchoge… On pourrait encore continuer longtemps comme ça. Rendez-vous compte qu’en 2019, un être humain a couru le marathon en moins de 2h. Où en sera-t-on en 2030 ?

Bref, tout ça c’est fou et ça met des étoiles dans les yeux. Il y a ainsi beaucoup de choses qu’on aimerait voir 2020. Et aussi quelques-unes qu’on aimerait voir définitivement appartenir au passé. Commençons par là, comme ça c’est fait (NDLR : phrase que tu prononces quand tu as un 3000-2000-1000 à faire et que tu attaques par le 3000)

Ce qu’on aimerait ne plus voir en 2020 en athlétisme :

  • Des gens qui courent avec un short par-dessus un collant long. On est pas au cross-fit ici.
  • Des gens qui courent avec leur montre et qui LAPPENT sur une course sur piste. EN 2020 LA MONTRE C’EST DANS LE SAC MERDE.
  • Des critiques sur les 10 bornes en descente : ils sont pas labellisés de toute façon. Courez pour vous.
  • Tous ces commentaires autour des Next%… Y en a assez
  • Les t-shirts finisher ou les médailles à la fin d’un 10 bornes
  • Les gens qui grugent pour rentrer dans les SAS préférentiels
  • Les types qui viennent pas aux interclubs et qui préviennent pas
  • Les types qui dans une séance vont plus vite sur l’AVANT DERNIER et qui s’arrêtent ensuite.
  • Les sorties « Morning Run » sur Strava
  • La phrase « Tire sur les bras » : quelqu’un a compris ce que ça voulait dire ?
  • Le syndrome de l’essuie-glace : vraiment un nom de merde
  • Des gens qui courent un cross en runnings.
  • Des athlètes dopés. D’autant plus s’ils sont français
  • Des anciens dopés qui gagnent des médailles. Bon, s’ils sont français CA PASSE.
  • Passer la ligne d’arrivée en marchant. N’est pas Jimmy Gressier qui veut.
  • Les gens qui ne courent qu’avec UN SEUL manchon. N’est pas PML qui veut.
  • Les rageux des réseaux sociaux après chaque compète… Usant.
  • Se retrouver à la marche aux interclubs sans être marcheur de base
  • La bière coupée à l’eau en compète. C’est non.
  • Les combinards torse nu. On dit ça parce que nous on peut pas.
  • Les encouragements de type « Allez « nom de ton club » : vraiment dur.
  • Les combinaisons effet « moule burnes » : c’est du passé maintenant.
  • Les chaussettes dans les pointes sur piste.
  • L’absence de chaussettes dans les pointes en cross.
  • Les défis du type « je me teins en blond » ou « je fais un 3000 steeple » : c’est rarement beau à voir.
  • Les speakers qui speakent pendant un départ. Et qui se font rappeler à l’ordre par le juge arbitre.
  • Les hypnotiseurs
  • Les types qui « valent » mais qui ne « font » jamais
  • La phrase « pieds derrière la ligne » : nécessaire mais chiant
  • Les arrivées main dans la main : LA GAGNE MERDE
  • Les bugs de chrono électrique qui obligent au chrono manuel
  • 2’00’00
  • Les chaussures « Five Finger » doigts de pieds apparents : une immondice des années 2010
  • Les ceintures « porte-dossard » : une arnaque marketing. Remplaçables par 4 épingles à nourrice
  • Le type qui oublie ses épingles à nourrice : vraiment un casse-couilles
  • Les « Gatosport » : bordel mais c’est juste un gâteau au chocolat raté
  • Les types qui se plaignent systématiquement après une « contre perf », alors qu’ils sont à un centième de leur record
  • Les coureurs avec le melon… Dégonflez
  • Les critiques infondées sur les belles performances. Arrêtez d’être français 2min. Féliciter vient avant fustiger dans le petit Larousse !
  • Les AirPods sur une ligne de départ. Mais aussi sur un parcours. Sur une ligne d’arrivée. Et par pitié pas sur un podium.
  • Les résumés de course en 3 parties, 3 sous-parties, 3 sous-sous-partie sur FB.
  • Les activités de 200m sur Strava. Surtout quand vous faites une 20×200…
  •  Les collègues qui te demandent si « t’as fait un bon score » le lendemain d’un 10 bornes. Putain c’est pas un QCM !
  • Les titres Strava d’après course sur le mode : « Et tout ça, SANS NEXT !!! »
  • Les sorties de 50km à pied pour dessiner un hippopotame sur Strava –
  • Les coureurs qui passent leur temps à se comparer aux autres plutôt que s’intéresser à leur progression personnelle
  •  Les éternels insatisfaits (« les OUIN OUIN »)
  •  Le « RETOUR A L’ENTRAINEMENT » du mec qui vient de te coller 3 minutes sur 10 bornes
  • La Team Premier Degré

Ce qu’on aimerait voir en 2020 :

  • Des français(es) médaillé(e)s à Tokyo
  • Bonus si c’est sur une épreuve de demi-fond
  • Un vrai développement du sport universitaire
  • Jawad Abdelmoula en équipe de France (d’athlé, de triathlon, de duathlon, de ping pong, de hockey sur gazon…)
  • Des fonds débloqués pour du matériel/des infrastructures, soutenir les clubs… Bref de quoi soutenir l’athlétisme dans les régions
  • Une semelle carbone pour les chaussures à pointes
  • Une promotion sur les Next%
  • Yakoub Delhoum champion de Bretagne de Cross-Country
  • Grand soleil, 23 degrés, pas de vent sur toute la France les 1er et 3ème week-end de mai (interclubs)
  • Un record officiel du marathon en moins de 2h
  • Un match Kipchoge/Bekele/Farah
  • Vincent Luis champion Olympique
  • Un nouvel intérieur sport sur un seuillard digne de celui sur Vincent Luis ou Bob Tahri
  • Une rencontre TRC/Jolie Foulée
  • Les pecs de Justin Dourlens et Thibault Delahaye
  • Un retour d’Adidas/Asics et consorts au premier plan. Pour contester l’hégémonie Nike.
  • PAB se lever avant 10h30
  • Des maillots de club un peu plus modernes (contactez Springart)
  • La France championne d’Europe de Football. Rien à voir avec l’athlé. Et alors.
  • Donald Trump et les Iraniens régler leurs différends sur un 10 bornes. Ça arrangerait tout le monde.
  • Une API permettant de connecter directement Strava à Google Sheets et ainsi synchroniser en temps réel tes sorties et ton plan d’entraînement. C’était la minute Geek.
  • Une proposition de rachat du TRC par un investisseur Qatari. Pour pouvoir la refuser.
  • Les JO de Tokyo commentés par Charles Perrault
  • Alexandre Boyon hurlant « IL SORT SES BABINES » à une heure de grande écoute sur France 2
  • Un retour de Benjamin Raffard sur 400m haies
  • Une série Netflix sur « l’affaire Boxberger »
  • Les jeunes espoirs Français à Tokyo : ils se reconnaîtront
  • Une nouvelle photo des casquettes/chaussettes TRC au France de cross
  •  Une preuve que la piste fait bien 400m à Oordegem. Et une preuve que François Barrer a bien fait 25 tours à Palo Alto en 2018.
  • Un stade Charlety plein à craquer pour les Europe en août.
  • Alexis Miellet sur 5000.
  • Flo Caro vainqueur du Marathon de Paris après une échappée solitaire de 30km
  • Une TRC Race
  • N’Golo Kanté sur un 10 bornes. Chaussé de Next bien sûr.
  • du SEUUUUUIL. Parce que comme le disent certains on est un peu bébêtes. Ils se reconnaîtront.

Le TRC.

© 2017 Designed by Antoine PROVOST. Tous droits réservés.