fbpx

Stage de BIKE à l’Alpe d’Huez

La période des vacances scolaires d’été coïncide avec l’intersaison d’athlétisme, plus communément appelée « coupure estivale ». Sauf à être qualifié aux championnats d’Europe, les mois de juillet et août sont l’occasion parfaite pour les athlètes de souffler et pour certains de s’adonner à leur seconde passion : la ripperie. Pourtant, certains irréductibles profitent également de la saison estivale pour pratiquer d’autres sports, afin de « garder la caisse ». C’est notamment le cas de quatre membres du TRC, qui ont eu l’idée saugrenue de partir une semaine dans la mythique station de l’Alpe d’Huez pour BIKER. Récit d’une semaine riche en bornes, en 3 épisodes marquants.

 

Borne to be alive.

 

L’objectif de ce stage, on ne va pas se mentir, est clair : BORNER, aligner les PITONS comme on dit dans le jargon forain.

 

Elément incontournable de tout stage de seuillard, un Tableau de la Borne est subtilement conçu par le Trésorier FP sur son lieu de travail au cours d’une des régulières séances de massage prodiguées par son voisin de bureau Gilou.

 

Pour RG et FP, novices dans le milieu du Bike, ce stage est également l’occasion de s’offrir une immersion complète dans l’univers des Triathlètes de Base, de découvrir « ce que la nature a à nous offrir », mais aussi de dévoiler leurs potentiels de grimpeurs.

 

Objectif Ironman 2019 pour RG.

 

Le Col du Sabot

 

Lundi 30 juillet. 9h. Alpe d’Huez.

Non contents d’avoir pu gravir avec panache la mythique montée de l’Alpe d’Huez la veille, nos quatre compères n’ont qu’une chose en tête depuis quelques jours : réaliser l’ascension du Col du Sabot, que leur a tant vantée leur cartographe officiel de cette semaine FLP.

 

Ce col aussi bucolique que pentu, tire son appellation de Roger Sabot, dont le nom ne peut que faire ressurgir chez nos plus attentifs lecteurs le souvenir du ParenDix, course à saucisson vaillamment remportée par nos athlètes Sicot et Garrivier, dans la célèbre arène de Parentis en Born.

 

Dès le petit déjeuner, et avec son humilité caractéristique, RG apostrophe le gorille de Perros-Guirec, entre deux dégustations de bananes : « Je ne sais pas combien tu vaux dans le Sabot, mais si c’est comme dans la montée de l’Alpe hier… »

 

Piqué au vif, la Caisse décide de profiter d’un moment d’égarement chez le taureau Garrivier pour placer une banderille décisive dans le dernier kilomètre du col, et finir seul en tête, avec le gréco-teuton Achille Burghardt à ses talons. Mais RG ne compte pas en rester là.

 

Des belous qui en ont sous le sabot

 

Le « Dua » de l’Alpe d’Huez

 

Mardi 31 juillet. 15h30. Bourg d’Oisans.

Nos quatre hommes se préparent sagement à affronter la terrible épreuve du Duathlon de l’Alpe d’Huez. Les conditions sont délétères, la chaleur étouffante. Pourtant si habitués aux caissages de 40 minutes avant les courses, l’escadron se limite à 5 minutes de footing et quelques modestes gammes. FP est tout particulièrement ému par une si grande densité de BIKES et de MATOS. RG, lui, a le visage fermé. Il n’est pas là pour rigoler.

 

Sur la ligne de départ, les favoris tremblent. Une trifonction de Benoît Nicolas aurait été aperçue dans le parc à vélos. Dieu aurait-il signé son retour à la compétition ?

 

Sur la première course à pied, les quatre fantastiques restent prudents : ils caissent en paix afin d’en garder sous la semelle et aborder avec un maximum de fraicheur la difficulté majeure de la course : la montée de l’Alpe. C’est la Caisse qui rejoint en premier le parc à vélo suivi de près par RG. FP au tendon d’argile et le Président suivent, tout en caisse.

 

La banane prise au virage 9 ne suffira pas : RG, soufflant comme un taureau qu’on saigne, revient sur la Caisse à la sortie du village d’Huez. Les deux hommes prennent le temps de se taper dans la main. Mais RG enlève une dent. A ce moment précis, Le Palud sait qu’il ne reverra plus son aîné, qui se permet même le troisième chrono sur la deuxième course à pied, pour signer un top 20 des plus encourageants pour son premier duathlon.

 

Adoubé par le tout récent vice champion du monde Yohan Le Berre, courtisé par de nombreux clubs de D1, le Dentiste est annoncé comme la future pépite du duathlon français. Et ses dents déchirent déjà le tapis de transition : « C’est simple, je vais en mettre partout en dua ». Entre deux changements de couches, Dieu lui-même s’extasie devant la performance de son protégé : « Ca commence à causer… »

 

FINISHERS avant tout

 

Le Triathlon de l’Alpe

 

Vendredi 3 août. 14h. Barrage du Verney.

BN RD s’apprête à prendre le départ du Triathlon Courte Distance de l’Alpe d’Huez. Et pourtant, il est à bout… Initiateur de ce stage alpin, le Président accuse le coup. Les innombrables heures de bornes et kilomètres de D+ sont sur le point de l’achever. Il ne supporte plus les activités paranormales qui se trament dans leur studio, les incessantes réflexions du Dentiste sur l’acidité des aliments, les œufs à la coque au petit déjeuner POUR LES PROT’, FP qui ne pense qu’à FAIRE SA TRACE…

 

En soutien à son Président, le Trésorier réclame en vain une journée de repos : « Il faut en garder sous le sabot ». Hors de question pour le surrégime Garrivier, soutenu ardemment par son colocataire forain Thomas Tereygeol, affamé de pitons.

 

Impatient d’en finir avec cette semaine de Bike, le Président décide de marquer les esprits sur le triathlon en revêtant son fétiche Bob Cochonou, au détriment de l’aérodynamique casquette TRC. Un pari risqué qui se révélera finalement gagnant puisque le Président déposera littéralement ses concurrents sur le parcours de course à pied, adulé par les spectateurs venus en masse dans l’espoir improbable de se voir offrir le si esthétique couvre-chef.

 

BN, C’EST un saucisseuillard. JE lui ai dit.

 

Et le seuil, dans tout ça ?

 

Au sein du TRC, certains grincent des dents. Mais jusqu’où ira cette nouvelle tendance de FAIRE DU BIKE ? Entre Sicot qui ne cesse de se prendre en selfie sur son home trainer le bras dans le plâtre, Benoît qui se BARRE en Autriche pour faire du Bike, Jidé qui publie quotidiennement ses VELOTAF sur Strava, et même le Roi Yakoub qui y va à coups de Stories de Bike… CA DEPASSE LES BORNES.

 

A l’autre bout du monde, engoncé dans le hamac d’une plage balinaise, et sirotant son shaker après une vilaine séance de TAPIS-NAT, VK sermonne ses amis par enregistrements vocaux intempestifs : « C’en est trop… C’est pas des vacances… Il s’agirait plutôt de faire de la COURSE A PATTES ».

 

Pourtant, de récentes images ont montré un VK pimpant se déplaçant en Ofo. La Plume aurait même rejoint un club de bikers singapouriens : le OFO GANG. Ce dédoublement soudain de personnalité ne manque pas d’intriguer, voire de déranger. VK serait-il en train de cacher aux yeux du monde sa passion pour le BIKE ?

De son côté, Pat’ Le Gall ne tergiverse pas : IL VEUT BIKER. Les réseaux sociaux s’agitent autour de cette nouvelle lubie du tout récemment promu Seuillard d’Or 2018. Un compte SeuilSeuilBankBank intitulé « #unbikepourPatleGall » aurait déjà rassemblé plus de 10.000 euros. Il ne reste plus qu’à espérer que cette somme ne soit pas détournée vers un achat de Placoplatre…

 

Une image qui résume bien la semaine.

 

Vraiment, il est grand temps que la saison de cross reprenne…

Du Seuil, et que ça saute.

 

Le Seuil est mort. Vive le Seuil.

 

LE TRC.

 

© 2017 Designed by Antoine PROVOST. Tous droits réservés.